Les candidats Royal, Bayrou et Sarkozy face aux propositions de France Biotech

Comme lors des précédentes présidentielles, France Biotech défend la cause de PME Innovantes, et plus particulièrement de biotechnologies auprès des candidats à la présidence.

Il faut honorer d’un immense crédit France Biotech pour avoir imaginé, présenté, argumenté, défendu, obtenu un engagement de Chirac et Jospin en 2002, et en définitive fait voter la loi sur le statut JEI.

Cette année, France Biotech avance trois propositions Biotech pour soutenir et accompagner les PME de biotechnologie aux différents stades de leur croissance :

  • Créer un statut de la Jeune Entreprise Innovante Cotée (JEIC) pour stimuler le marché boursier et encourager les introductions en bourse des PME innovantes. Ce statut serait octroyé, pendant huit ans après la cotation en bourse, à toute PME innovante réalisant plus de 15% de ses dépenses en R&D, ayant moins de 250 salariés et ayant un chiffre d’affaires inférieur à 50 millions d’euros ou un total de bilan inférieur à 43 millions d’euros, et ouvrirait à d’importante éxonération fiscale pour les actionnaires.
  • créer un environnement favorable au transfert de technologie (EXCELLENCE VALO) pour faciliter l’émergence de projets de start-ups au sein des structures de recherche, notamment universitaires, à travers un concours national destiné à labelliser et diffuser des bonnes pratiques, ainsi qu’à mieux financer les équipes de valorisation de la recherche académique en France
  • Créer un fonds Oseo-Anvar de co-financement des alliances biotech-pharma (CAPITAL ALLIANCE), destiné à encourager l’industrie pharmaceutique à établir des alliances précoces avec les PME innovantes, qui permettra de financer 50% du coût de ces alliances. Il s’agit d’impliquer, le plus tôt possible, des jeunes entreprises dans des collaborations réelles (pas seulement du service technologique) avec des industriels de l’industrie pharmaceutique ou des grandes entreprises de biotechnologie afin qu’elles bénéficient très tôt des compétences et du savoir-faire de leurs aînés.

Le détail et l’argumentation de ces propositions sont sur le site de France Biotech.

Par l’entremise de l’hebdomadaire Biotech & Finance, les trois candidats les plus en vue se sont positionnés quant à l’industrie des biotechnologies et aux propositions de France Biotech (toujours sur le site de France Biotech).

Notre tiercé de candidats n’a pas toujours fait preuve d’une grande clarté dans leurs propos, émaillés de flou, hors-sujet et répétitions. Je suis en cours de rédaction d’une analyse de leurs réponses. Publication en début de semaine prochaine.

Advertisements