Comment évaluer une entreprise de biotech ?

Je recommence l’imposture du billet “Comment lever des fonds auprès des VC ?“. En effet, je ne donnerai pas la réponse à la question en titre.

J’ai assisté ce soir à une conférence organisée par X-Biotech sur le thème “Valorisation et gestion du risque par les Biotechs“, avec Geraldine Mercier, Boris Bogdan et Ralph Villiger du cabinet de Corporate Finance suisse spécialisé dans les sciences de la vie (le médicament, pas les medtech ou la biotech blanche) Avance.

Le plus instructif, ce n’étais pas la conférence mais la discussion.

La conférence était une explication très didactique de deux méthodes de calcul de valeur financière d’un projet, le DCF et le rNPV. Pour tout savoir à ce sujet, je propose la lecture de cette présentation didactique (Avance) ou de cet article exhaustif (Cambridge Healthcare & Biotech Ltd)

La discussion a porté sur l’utilisation possible de ces méthodes.

Je retiens en particulier les interventions de Denis Lucquin (Sofinnova), Antoine Béret (Trophos) et Christian Policard (Biotech Développement Conseils), dont je fais la synthèse :

Le DCF, et les autres valorisations financières, sont des outils de comparaison de valeur entre plusieurs offres. En aucun cas ces méthodes ne permettent de trouver la valeur d’un investissement.

La méthode produit des valorisations très différentes en changeant quelques paramètres comme le taux d’actualisation ou le taux de succès des phases cliniques. Mais cette variabilité est inférieure à la variabilité des valorisations dans la réalité. Il est légitime de comparer la valeur de deux projets à paramètres identiques. Il n’est pas possible d’utiliser cette valeur dans la détermination d’un prix.

La valeur réel d’un deal (investissement, licence, etc) est déterminé par son prix, issue de la confrontation de l’offre et de la demande.

La valeur intrinsèque (financière) évalue et compare les projets.
La valeur extrinsèque (prix de marché) résulte de la stratégie et de l’opportunité.

et Denis Lucquin de préciser :

Le DCF (ou rNPV) peut aider un investisseur à choisir une société côté parmis d’autres, mais ne peut fixer le prix d’introducton en bourse.

En revanche, un capital risqueur n’a pas le droit d’utiliser de tels arguments techniques pour décider d’investir. Chaque investissement se décide au cas par cas, pas en comparaison avec d’autres sociétés.

Si un BP contient un calcul de valorisation de type DCF, je ne lis pas le dossier, car cela signifie que les dirigeants ont trop de certitudes et que les négociations seront compliquées.

 

9 commentaires »

  1. Bonjour,
    je visite de temps en temps ce blog et là, je vien d’être attiré par le titre de ce post.
    Malheureusement ma soif n’as pas été satisfaite. En fait , je suis étudiant an Management de l’innovation à Lyon et je travaille, en ce moment sur le sujet de l’évaluation des boîtes biotech. Sachant que ce milieu est très innovant, et que le temps de développer une technique ou technologie l’entreprise en question n’est pas rentable, COMMENT ONT PEUT L’ÉVALUER?

    Est ce que il ya des gens du VC qui peuvent me donner des informations?

    Merci

    Commentaire par Nicolas — 15 février 2007 @ 19h 43

  2. Nicolas,

    Je crois que Denis Lucquin, VC patenté de Sofinnova, a donné la réponse : la valeur est égale au prix sur lequel tombent d’accord les actionnaires anciens et nouveaux.

    S’il y a plusieurs candidats investisseurs, la valorisation pré-monney sera probablement assez significative de la valeur de l’entreprise.

    Seuls l’offre et la demande forgent le prix.

    Et ce prix n’est sûrement pas déterminé par une quelconque formule mathématique.

    Commentaire par Xavier — 15 février 2007 @ 23h 14

  3. Xavier, le lien vers la présentation d’Avance est cassé, mais elle reste disponible sur :

    http://x-biotech.polytechnique.org/Conferences/Slides-BBogdan-05Fev2007.pdf

    A bientot,

    Emmanuel

    Commentaire par Emmanuel — 1 mars 2007 @ 16h 28

  4. Merci, Emmanuel. J’ai corrigé.

    Commentaire par Xavier — 2 mars 2007 @ 23h 10

  5. Bonjour,

    Je voulais demander quelques informations aux personnes qui travaillent dans le Capital Venture biotech.

    Quels sont les supports utilisés par les entreprises de biotechnologies pour vous présenter leur technologies?
    (un article scientifique, un power point, ?)
    Bref comment ça se passe pour que la techno soit comprise en très peu de temps?

    Merci

    Commentaire par Nicolas — 18 avril 2007 @ 11h 20

  6. Bonjour Nicolas,

    Avant la rencontre de l’entrepreneur, il y a une phase d’analyse du business plan qui décrit, entre autre, la techno. Les brevets correspondants sont indiqués. Des références à des articles peuvent également y figurer.

    Emmanuel pourra vous donner de précieux conseils sur la manière dont rédiger un BP de qualité 😉
    Par ailleurs, le petit déjeuner Medicen de ce jeudi est dédié au BP des entreprises Biotech.

    Lors de la rencontre entrepreneur-VC, la discussion se fait autour d’un PPT et de tout autre document annexe jugé utile à la bonne appréciation du projet par les VC.

    Commentaire par Laurent — 18 avril 2007 @ 13h 10

  7. Merci Laurent!

    Je sais qu’il faut faire un BP et tout… mais peut être que j’ai posé ma question indirectement.
    Les CV et les entrepreneurs sont-ils satisfaits par les moyens de communications utilisés

    Sinon, dans les premières rencontres, qui est ce qui étudie (de la part des CV) la techno pour savoir si elle est scientifiquement solide?

    Merci encore

    Commentaire par Nicolas — 19 avril 2007 @ 13h 23

  8. Tous les fonds qui investissent en biotech ont dans leur équipe des personnes avec un background scientifique (PhD ou Grande Ecole avec spé bio) et ayant une expérience dans le domaine biotech/pharma . Ensuite, on peut être amené à rechercher des infos ailleurs pour mieux comprendre le BP (si celui-ci en vaut la peine). Pour des sujets technos très pointus, on va demander conseil auprès d’experts scientifiques du domaine.

    Commentaire par Laurent — 19 avril 2007 @ 14h 37

Advertisements