En alsace : Transgène brille en bourse, Neuro3D objet de sombres rumeurs, Faust fait un bridge de 8M

D’un côté, les opérations de fusion / acquisition soutiennent le cours de Transgène :

Transgene affiche ce jeudi une nouvelle séance de progression, totalement vert depuis le début de semaine. La valeur prend 3,6% à 10,17 euros sur cette 4ème journée de reprise, dans un volume encore représentatif. Hier, plus de 0,8% du capital avait tourné sur le marché (La suite sur boursier.com)

De l’autre, Neuro3D fait l’objet de rumeur de dépot de bilan :

Note : cette article provient des Dernières Nouvelles d’Alsace. Il est copyrighté. Malheureusement, je n’ai trouvé aucun lien vers cet article, et je me résouds à le copier dans son intégralité

Neuro 3D devrait cesser son activité à la fin de l’année. La start-up avait pour vocation de développer de nouveaux médicaments pour le traitement de maladies telles que la schizophrénie, la dépression et l’anxiété.

Neuro 3D, dirigée par Charles Woler, a informé ses partenaires locaux de la décision prise par ses actionnaires. Hier, le PDG de Neuro 3D n’a pas pu être joint, la société souhaitant rester extrêmement discrète sur le devenir de son activité. En tout état de cause, la cessation du bail conclu par Neuro 3D avec la SERM, la Société d’équipement de la région mulhousienne, prendra effet à la fin de l’année.

55 millions d’euros investis depuis le démarrage

Neuro 3D avait été créée en septembre 2000 par trois professionnels expérimentés, le Dr Jean-Paul Macher, psychiatre et directeur de la fondation Forenap à Rouffach, Jean-Jacques Bourguignon, pharmaco-chimiste à l’université Louis-Pasteur et le Dr Charles Woler, fort d’une longue expérience dans l’industrie pharmaceutique et les biotechnologies. Hébergée pendant un temps dans l’incubateur régional SEMIA, elle s’était installée à Mulhouse en juin 2004. Dans la perspective de devenir le premier maillon d’un pôle de biotechnologies dans le Sud Alsace et à proximité de la recherche bâloise, elle avait bénéficié de l’aménagement sur mesure d’un plateau de 1 100 m² par la SERM.
Pour financer son activité de recherche, Neuro 3D avait levé des fonds importants, notamment grâce à l’engagement de sociétés de capital risque françaises et internationales : Sofinnova Partners, Apax Partners, le suédois HealthCap et l’allemand Techno Venture Management (TVM). Au total, 55 millions d’euros ont été investis dans Neuro 3D depuis son démarrage.
Ces investissements ont servi à mener les études cliniques sur trois molécules. Une équipe de 35 personnes, des chercheurs français, suisses, allemands, anglais et américain ont participé à cette fantastique course contre la montre puisque la société était en compétition avec d’autres laboratoires de recherche dans le monde. Son produit le plus avancé était un antipsychotique pour lequel Neuro 3D bénéficiait d’une licence mondiale délivrée par le groupe Johnson ‘ Johnson.

Éviter de perdre tout le fruit des travaux menés depuis six ans

Mais les résultats de la recherche n’ont pas répondu aux espoirs fantastiques mis dans Neuro 3D. Les prochains mois devraient être mis à profit, explique une personne proche du dossier, pour éviter de perdre tout le fruit des travaux menés depuis six ans.
Plusieurs hypothèses sont étudiées dont la possibilité pour Neuro 3D de trouver un repreneur pour son activité. Mais il est aussi possible qu’une partie de l’équipe de recherche puisse poursuivre son travail sur place. Une autre partie des locaux pourrait être utilisée par l’ENSCMU, l’école de chimie de Mulhouse, pendant sa phase de reconstruction.

Et pour finir Faust Pharmaceuticals lève 1/3 de troisième tour (à ne pas confondre avec un 1er tour entier) :

Strasbourg, le 9 octobre 2006 – Faust Pharmaceuticals, société biopharmaceutique disposant de produits en phase clinique et spécialisée dans la recherche et le développement de nouveaux traitements des maladies du système nerveux annonce aujourd’hui la mise en place d’un financement intermédiaire à hauteur de 8.2M d’Euros. Les participants sont les investisseurs institutionnels actuels de Faust : Sofinnova Partners, Auriga Partners, Siparex Ventures, Edmond de Rothschild Investment Partners (EdRIP), AGF Private Equity, CDC Entreprises, et FCJE (Fonds de Co-investissement des Jeunes Entreprises). Ce financement intermédiaire est envisagé comme la première tranche d’un 3ème tour de table de 25-35M d’Euros.

Cela fait plaisir pour Faust, car j’avais entendu des rumeurs pessimistes.

Advertisements